Physiologie du sculpteur

Le sculpteur est dans un champ artistique où le travail est concret, et organique dans un sens proche de la physiologie sensorielle du terme. Couramment les sculpteurs trouvent assez difficilement les mots pour dire ce qu’ils ressentent.
Longtemps le professionnels, souvent peintres, ont ironisé sur les sculpteurs moins virtuoses pour valoriser leur art. En effet,  le sculpteur à tendance à raconter dans ses production ce qu’il est incapable d’exprimer.
Me demander à l’avance ce que je vais faire ou bien quelle sera ma démarche est hasardeux. Le fait de composer avec les hasards de la matière, induit que le sculpteur est dans un processus de l’ordre de l’intuitif, de l’émotion plutôt que dans le raisonné….
Bienvenue dans le monde subjectif du sculpteur où l’analyse de l’œuvre vient parfois longtemps après. Mais est-ce le plus important étant donné que le processus même de la sculpture est une fin en soi.

Ausculter le sculpteur

A cet art physique qu’offre la sculpture se mélange les bruits, les odeurs, la poussière et des sensations palpables qui dépassent souvent la valeur de la finalité de la pièce. Des émotions originales apparaissent.
J’aime m’attaquer à la pierre car c’est la transformation d’une forme de violence en un geste créatif ; Tailler la pierre c’est donner une autre destination à un objet en direction d’une visée artistique.
Lorsque j’attaque un bloc de pierre pour trouver ce qui s’y cache, je ne sais pas vraiment ce qu’il va se passer, ce qui va être exprimé, imprimé. L’idée est là, suit son chemin, en prend un autre ; de cette activité naîtra une forme désirée ou non.

 

La sculpture de soi

Il y a un sentiment de plaisir et de jeu enfantin dans le travail. Le sculpteur exprime ses émotions, sa personnalité : Le sculpteur ne sculpte que lui-même.